Veille juridique

Le label « Fait Maison » simplifié

Applicable dès à présent, ce label « fait maison » a pour objectif de clarifier les cartes des restaurants auprès des consommateurs.

En savoir plus

Qu’est-ce que le « fait maison » ?

Ce label a été défini par la loi relative à la Consommation du 17 mars 2014 et le décret du 11 juillet 2014 modifié le 7 mai 2015, et est matérialisé par un logo officiel (casserole couverte d’un toit au trait blanc sur fond noir, à reproduire au minimum en 6 x 5 mm). Cette démarche qualité, vise à généraliser, clarifier et sécuriser pour le consommateur l’information sur la préparation des plats en restauration, dans un pays où la gastronomie a été reconnue au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

 

Dans quel cas peut-on utiliser ce label ?

Ce label est en utilisation libre (sous contrôle de la DGCCRF), sans certification spécifique, mais impose que le restaurateur ait élaboré son plat :

– sur place ;

– avec des produits réceptionnés crus par le restaurateur sans pré-chauffage ni mélange ou additif ;

à l’exception : des salaisons,  saurisseries et charcuteries (sauf terrines et pâtés), fromages, matières grasses alimentaires, crème fraîche, lait, pain, farines et biscuits secs, légumes et fruits secs et confits, pâtes et céréales, sucres et gélatine, condiments, épices, aromates concentrés, abats blanchis, chocolat, tisanes, thé & infusions, café, sirops, vins, alcools & liqueurs, fonds blonds, bruns et fumets, demi-glace ;

– peut s’appliquer à un ou plusieurs plat(s) ou à l’ensemble de la carte.

 

Quelle différence entre « fait maison » et la mention « Maître Restaurateur » ?

À ne pas confondre avec la mention « Maître Restaurateur » qui concerne un professionnel qualifié sur plus de 16 critères, décerné par l’État, suite à un audit par un organisme indépendant.

Le titre de « Maitre – Restaurateur » a une ambition supérieure qui garantit la qualité de la cuisine mais aussi les services de l’ensemble du restaurant. Ce titre ne s’applique qu’à la restauration avec service à table et implique de produire des plats « fait maison ». Il récompense, globalement, un professionnel de la restauration titré ou diplômé ; intègre le service, la relation client, le décor, la vaisselle… ; récompense les circuits courts d’approvisionnement (achat auprès de PME indépendantes) ; exige de diversifier les plats et de renouveler la carte quotidiennement ; se veut un gage élevé d’un certain « art de vivre » à la française ; et est délivré par le Préfet après certification par un organisme habilité.

 

Pour en savoir plus :

http://www.economie.gouv.fr/dispositif-fait-maison-est-simplifie

Téléchargez le guide d’utilisation de la mention « fait maison »