Tendances

Quel avenir pour la filière bio en France ?

Le marché du bio est en plein essor en France, comme dans le reste du monde. Il répond aux attentes des consommateurs pour la préservation de la nature et de la santé humaine. Quelles sont les évolutions de la filière bio en France ?

En savoir plus

Le bio en France : un secteur en pleine expansion

Avec les affaires sanitaires concernant les produits alimentaires de plus en plus nombreuses, les consommateurs cherchent l’assurance d’un produit sain, avec une bonne traçabilité.

Le bio offre certaines garanties : pas de pesticide ni produit phytosanitaire, pas de traitement ionisant, ou d’OGM, ni de colorant ou arôme chimique… Mais le bio est souvent considéré par les consommateurs comme englobant une démarche plus large de développement durable.

La consommation recherchée va plus loin mêlant éco-agriculture (locavores, bio) et alimentation citoyenne dans une volonté de retour aux racines, pour un goût vrai. Si ces derniers étaient encore considérés comme réservés aux élites bobo il y a quelques années, le marché est actuellement en pleine démocratisation.

Les chiffres de la filière bio en France

Entre 2007 et 2016, la surface engagée en bio a pratiquement triplée, dépassant ainsi la barre des 1,5 million d’hectares. Dont 1 million en bio certifié et 500 000 en conversion. Ceci représente presque 6% de la SAU française, contre environ 2 % en 2007. Au 30 juin 2016, on dénombrait pratiquement 32 000 fermes biologiques (+10 % / 2015). En moyenne entre janvier et juin 2016, 21 nouvelles exploitations bio se sont installées chaque jour. Cela représente une augmentation de 10 % du nombre de producteurs engagés en bio en 6 mois. Les fermes bio représentent 7,2 % des fermes françaises et 10 % des emplois agricoles. On estime que sur toute la filière, le bio est porteur de plus de 100000 emplois en France. Mais il n’y a pas que les fermes qui se développent, les entreprises en amont et en aval aussi. C’est donc toute la filière bio qui est en expansion. On dénombre ainsi plus de 42 000 entreprises dans la filière bio en France.

 

La consommation de produits biologiques

En 2015, 65 % des français ont déclaré consommer bio au moins une fois par mois, contre 37 % en 2003. La consommation occasionnelle touche 9 français sur 10 (1 sur 2 en 2003), 27 % de la population consomme bio au moins une fois par semaine. Enfin, il n’y a plus que 11% de la population qui déclare ne jamais manger bio, loin des 46 % de 2003.

Pour les consommateurs, le bio ne doit pas être consommé qu’à la maison. 79 % sont demandeurs de bio dans les restaurants, 74 % dans les maisons de retraite et 75 % dans les hôpitaux… et 88% des parents aimeraient avoir des repas avec des produits bio dans les cantines scolaires.

Pour presque 80 % de la population, l’agriculture biologique est une solution face aux problèmes environnementaux. 58 % des consommateurs préfèrent le bio pour préserver l’environnement, contre 63 % pour la préservation de la santé et 56 % pour l’accès à des bons produits de qualité.

Un changement des habitudes de consommation

Le passage à une alimentation (partiellement) biologique entraîne souvent d’autres changements. On observe ainsi que ces consommateurs achètent plus de produits de saison, de produits frais, cherchent à limiter les déchets d’emballage (produits en vrac par exemple), cuisinent plus souvent… On note aussi que les consommateurs de produits alimentaires bio achètent aussi souvent des écoproduits, moins nocifs pour l’environnement (produits d’entretien, savon…).

Les secteurs du bio en développement

Le secteur qui connait le plus fort développement est le lait bio. Durant le 1er semestre 2016, 560 producteurs se sont engagés en bio, soit une augmentation de presque 25 %. La période de conversion de deux ans laisse supposer que le marché se développera de 30 % d’ici 2018. Autres secteurs en développement : les grandes cultures (+15 %) et l’élevage bovin allaitant (viande, +15 %). Le vin bio commence lui aussi à se démocratiser, avec une augmentation des ventes de 10 % sur la même période entre 2015 et 2016.

Pour certaines filières, le bio constitue un part non négligeable des ventes. Par exemple, 10 % du marché pour les œufs ou 12 % pour le miel. De nouveaux segments de produits s’ouvrent au bio : apéritif et snacking bio sont apparus dans les allées du SIAL cette année.

L’économie liée au marché des produits biologiques

Le marché s’est développé de 10 % entre 2014 et 2015 et de 20 % entre 2015 et 2016. Le chiffre d’affaire de la filière bio atteint des sommets, avec 6,9 milliards d’euros estimés en 2016. Soit une augmentation de plus de 1 milliard d’euros en un an, ce qui est considérable ! On estime aujourd’hui que le bio représente 2,5 % du marché alimentaire total.

Les produits bio sont de plus en plus demandés. Sur la même période entre 2015 et 2016 (1er semestre), les ventes ont augmentées de 18 % dans les grandes surfaces et de 25 % dans les magasins spécialisés. Tous circuits confondus, on estime à 20 % la croissance du marché entre 2015 et 2016.

De plus, 93 % des consommateurs déclarent avoir l’intention d’augmenter leur consommation de bio. Ils souhaiteraient donc trouver plus de produits dans les grandes surfaces et les marchés. Ce qui laisse toujours entrevoir des belles perspectives pour d’évolution pour la filière bio.